Activités

 

Le lundi 25 janvier 2021

Selaković a salué une nouvelle promotion d’étudiants de l’Académie diplomatique

Le ministre des Affaires étrangères Nikola Selaković a salué aujourd’hui une nouvelle promotion d’étudiants de l’Académie diplomatique du Ministère, en soulignant que la compréhension de la position de notre Etat et de la politique étrangère serbe est d’un intérêt particulier pour comprendre le jeu de circonstances et les relations internationales.

-Les compétences et les savoir-faire que vous aurez appris ici même à l’Académie diplomatique aideront votre meilleure appréhension des relations internationales, la position de la politique étrangère de la Serbie, mais aussi des potentiels d’une mise en œuvre meilleure et plus efficace de notre politique étrangère et de la réalisation de nos priorités dans la politique étrangère, a dit le ministre aux étudiants.

Il a ajouté que les premières mentions de la diplomatie serbe figurent dans «La vie de Saint-Sava», puis encore à l’époque de despotat de Serbie, lorsque les premiers émissaires des despotes serbes Stefan et Đurađ – ducs Vitko et Nikola partaient en missions diplomatiques à l’étranger. 

La Serbie, indique Selaković, est fière des traditions de la diplomatie serbe du nouveau siècle et des diplomates tels Ilija Garašanin, Jovan Ristić, mais aussi de Nikola Pašić, qui est, a-t-il expliqué, l’un des rares politiques serbes grand connaisseur de l’histoire des relations internationales. Pašić a réussi grâce à ses connaissances en tant que président du gouvernement et ministre des Affaires étrangères à prévoir sérieusement les développements sur la scène internationale, adapter les objectifs nationaux serbes justement à ces développements et d’une manière indirecte, dissimulée, réaliser les objectifs nationaux.

Le lundi 4 décembre 2020

Le ministre Selaković a remis les diplômes aux étudiants de l’Académie diplomatique

Le chef de la diplomatie serbe Nikola Selaković a remis aujourd’hui lors d’une cérémonie les diplômes aux étudiants de l’Académie diplomatique du Ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie, promotion 2019-2020.

Le ministre Selaković s’est dit persuadé que les diplômés dans leur parcours professionnel et leur avancée auront l’occasion d’appliquer les compétences et les savoir-faire acquis à l’Académie diplomatique, et qu’ils défendront les intérêts de la Serbie, au pays et ailleurs.

A ses dires la Serbie précisément en luttant pour les objectifs de sa politique étrangère doit se préserver elle-même, mais aussi trouver sa place dans le monde où elle puisse progresser, se réaliser, se consolider et ceci est une mission de chaque diplômé dans l’autorité ou l’organisation où il travaille.

Le vendredi 19 juin 2020

MEMORANDUM D’ENTENTE SIGNE ENTRE LE MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE SERBIE ET LE MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURS DES ETATS UNIS MEXICAINS SUR LA COOPERATION DIPLOMATIQUE ACADEMIQUE

Premier Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères Ivica Dačić et l’ambassadeur des Etats Unis mexicains en République de Serbie Marco Antonio Garcia Blanco ont signé aujourd’hui le Mémorandum d’Entente entre le Ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie et le Ministère des Relations extérieures des Etats Unis mexicains sur la coopération diplomatique académique.

Ce Mémorandum sera un fondement pour promouvoir la future coopération entre l’Académie diplomatique du Ministère des Affaires étrangère et l’institut Matías Romero.

Le vendredi 6 mars 2020

FORMATION D’UN JOUR AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ORGANISEE PAR L’OSCE

La coopération de l’Académie diplomatique du Ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie, la Mission de la République de Serbie près l’OSCE et autres organisations internationales, le Secrétariat général de l’OSCE et la Mission de l’OSCE en Serbie a résulté de la tenue en Serbie d’une formation d’un jour pour les candidats aux postes dans les institutions de l’OSCE.

L’objectif de la formation est l’appui aux activités des pays membres de l’OSCE sur le renforcement des capacités personnelles des candidats potentiels, qui vont se porter candidats aux concours des organisations internationales.

Ce sont la dirigeante de l’Académie diplomatique Mme Mirjana Milosavljević et le chef de la Mission de l’OSCE en Serbie S.E. M. l’ambassadeur Andrea Orizio qui ont salué les enseignants et les participants.

L’entraînement en forme de présentations a été réalisé par les enseignants professionnels de la Section recrutement de l’OSCE Gustavo Araujo et Jannik Kimpel.

La formation a été suivie par les membres du Ministère des Affaires étrangères, du Ministère de l’Intérieur, du Ministère de la Défense et du Ministère de la Justice.

Le mercredi 4 décembre 2019

L’AMBASSADEUR DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE A FAIT UNE CONFERENCE A L’ACADEMIE DIPLOMATIQUE

A l’occasion du 140e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Serbie et l’Italie, dans l’organisation de l’Académie diplomatique, S.E. l’ambassadeur de la République italienne en Serbie M. Carlo Lo Cascio a dispensé une conférence aux étudiants du programme de base de la formation diplomatique.

Dans l’introduction le chef de Section Pays voisins l’ambassadeur Slobodan Vukčević a donné un bref précis de relations bilatérales, l’accent mis sur les domaines-clés de la coopération.

Evoquant la longue tradition des relations d’amitié entre la Serbie et l’Italie l’ambassadeur Lo Cascio a souligné le fort appui de son pays aux intégrations européennes de la Serbie, en tant qu’enjeu-clé dans la région.

Il a souligné également que le partenariat stratégique n’est pas traduit seulement en une coopération économique dynamique, dont témoigne la présence de nombre de sociétés italiennes en Serbie, mais en beaucoup d’autres domaines: culture, éducation, agriculture, sciences, technologies d’information, énergie, protection de l’environnement.

 

En citant ses propres expériences, l’ambassadeur Lo Cascio a parlé aux étudiants de l’Académie diplomatique sur l’intérêt et les particularités de la vocation diplomatique, tout comme sur les défis qu’elle rencontre à l’ère d’un rapide échange d’information.

 

A la fin de la conférence la dirigeante de l’Académie diplomatique Mme Mirjana Milosavljević a remercié l’Ambassade de la République italienne et l’Institut culturel italien pour la coopération de longue date et pour l’aide apportée à l’organisation des cours d’italien pour les employés du Ministère des Affaires étrangères.

Le jeudi 28 novembre 2019

MEMORENDUM D’ENTENTE SIGNE SUR LA COOPERATION ENTRE LES ACADEMIES DIPLOMATIQUES DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE SERBIE ET DU MINISTRE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA MOBILITE HUMAINE DE LA REPUBLIQUE D’EQUATEUR

L’ambassadeur de la République d’Equateur, couvrant la République de Serbie de Budapest au niveau non résidentiel, S.E. Mme María del Carmen González Cabal a fait aujourd’hui une visite de travail au MAE où elle a eu des entretiens respectifs avec la ministre-adjointe des Affaires étrangères pour la coopération bilatérale l’ambassadeur Mme Tatjana Conić et le secrétaire général M. Veljko Odalović.

Une fois les entretiens finis, la dirigeante de l’Académie diplomatique Mme Mirjana Milosavljević et l’ambassadeur d’Equateur ont signé le Mémorandum d’entente sur l’Académie diplomatique du Ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie et l’Académie diplomatique du Ministère des Relations extérieures et de la Mobilité humaine de la République d’Equateur.

Le mercredi 27 novembre 2019

COLLOQUE TENU A BELGRADE Sharing the Bulgarian experience on EU pre-accession negotiation process

Organisé conjointement par l’Académie diplomatique du Ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie, le Ministère de l’Intégration européenne et l’Institut diplomatique bulgare, sous les auspices de la Fondation Hanns Seidel, le colloque intitulé Bulgarian experience on EU pre-accession negotiation process a eu lieu à Belgrade les 25 et 26 novembre 2019.

La formation de deux jours a été suivie par les membres de plusieurs ministères du gouvernement serbe: Ministère des Affaires étrangères, Ministère de l’Intégration européenne, Ministère du Commerce, Tourisme et Télécommunications, Ministère de l’Administration publique et des Collectivités locales, Ministère de l’Environnement, Ministère de l’Economie, Ministère de la Santé, Ministère du Travail, Emploi, Anciens combattants et Affaires sociales, Ministère de la Défense ainsi que membre de l’Académie nationale de la gouvernance publique.

Le colloque a été ouvert par la dirigeante de l’Académie diplomatique Mme Mirjana Milosavljević, directrice de l’Institut diplomatique bulgare Mme Tanja Mihajlova, ambassadeur de la République de Bulgarie en Serbie S.E. M. Radko Vlajkov et représentant de la Fondation Hanns Seidel à Sofia Bogdan Mirčev.

La dirigeante de l’Académie diplomatique a salué dans son mot d’introduction les participants au séminaire et a remercié les coorganisateurs pour la coopération, en mettant en relief les expériences positives de l’Académie en organisation de tels séminaires avec l’Espagne et l’Autriche, comme un aspect d’assistance à la Serbie dans le processus d’intégrations européennes.

Le premier jour du colloque la conférence a été tenue au sujet de la diplomatie publique par l’ambassadeur de Bulgarie à Belgrade R. Vlajkov, tandis que l’ambassadeur Biserka Beniševa a parlé des stratégies de communication avec l’Union européenne.

Le second jour du séminaire Ingrid Šikova, professeur de l’Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia a présenté aux participants les expériences de la Bulgarie dans le domaine de la stratégie de communication à propos des fonds de l’UE. Sur les effets positifs et négatifs de l’adhésion à l’UE pour l’économie, les risques économiques courus durant le processus de négociations visant l’ouverture des chapitres dont le focus est sur l’économie, avec l’accent mis sur la coopération avec la Chine par rapport à l’adhésion à l’UE, a parlé professeur Danijela Bobeva, membre de l’Académie bulgare des sciences et ancienne Vice-Première ministre et ministre du Commerce et de l’Economie.

Le colloque a été clos par la directrice de l’Institut diplomatique bulgare T. Mihajlova, directeur régional de la Fondation Hanns Seidel pour l’Europe du sud-est Dr Klaus Fiesinger et la dirigeante de l’Académie diplomatique.

Le jeudi 14 novembre 2019

PREMIER VICE-PREMIER MINISTRE ET MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE SERBIE IVICA DAČIĆ S’EST ADRESSE AUX ETUDIANTS DU CENTRE AMERICAIN DE BRUXELLES

Les étudiants de l’Université américain Centre de Bruxelles, menés par le professeur Jerome Sheridan, ont visité aujourd’hui le Ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie, où le Premier Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères Ivica Dačić s’est adressé à eux.

Le chef de la diplomatie serbe a présenté aux étudiants les priorités de la politique étrangère de la Serbie, avec l’accent mis sur la préservation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du pays avec le Kosovo et Metohija comme partie intégrante, l’adhésion à part entière à l’UE, la sauvegarde de la paix et de la stabilité régionale, les relations de bon voisinage, la neutralité militaire, ainsi que le développement de la coopération bilatérale avec tous les pays du monde. Le ministre des Affaires étrangères a signalé les relations bilatérales de longue date entre la Serbie et les Etats-Unis d’Amérique, tout comme la riche coopération entre les deux pays dans le domaine de l’économie. Il a mentionné également la diaspora serbe nombreuse, son intérêt, son appui et son rôle dans le développement de la société américaine.

Après le ministre, les conférences ont été dépensées aux étudiants américains par les Vice-ministres par intérim des Affaires étrangères pour la politique de sécurité et l’Union européenne, ambassadeur Branimir Filipović et Dejan Ralević.

L’ambassadeur Filipović a parlé des priorités de la politique étrangère serbe du point de vue de la politique de sécurité au niveau bilatéral et multilatéral, tandis que l’adhésion de la Serbie à l’UE, en tant qu’un des objectifs principaux de la politique étrangère de la République de Serbie, a été présenté par l’ambassadeur Ralević.

Le même jour les étudiants du Centre américain de Bruxelles ont visité le Bureau du Kosovo et Metohija, où la conférence sur la donne actuelle dans la province serbe du sud a été tenue par Dušan Kozarev, Directeur-adjoint du Bureau. 

Le jeudi 11 juillet 2019

CONFERENCE DU PROF DR EDDY MALOKA AU MINISTERE DES AFFAIRS ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE SERBIE

Le Directeur exécutif du l’agence spécialisée de l’Union africaine, Mécanisme africain d’évaluation par les paires (MAEP) le Prof Dr Eddy Maloka a tenu une conférence au Ministère des Affaires étrangères sur le thème «Expériences en diplomatie bilatérale et multilatérale, y inclus expériences de l’Union africaine».

Au début de son exposé le Prof Dr Maloka a souligné l’intérêt que revêt la Serbie, en tant qu’héritière de l’ancienne Yougoslavie, pour les pays du continent africain, notamment dans le contexte du mouvement des pays non-alignés et l’intérêt mutuel de consolider les relations d’amitié.

Il a présenté aussi à l’assistance les priorités de la politique étrangère de la République d’Afrique du Sud, tout comme l’organigramme de l’Union africaine, ses instances et l’intérêt pour les pays du continent africain et au niveau global.

Eddy Maloka lors de sa conférence a parlé également de son vécu dans le domaine de la coopération bilatérale et multilatérale, montrant par nombreux exemples les particularités de la vocation diplomatique.

Le lundi 17 juin 2019

ETUDIANTS DE L’ACADEMIE DIPLOMATIQUE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE SERBIE EN VISITE A LJUBLJANA

Les étudiants de l’Académie diplomatique du Ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie dans le cadre de leur visite d’étude sont allés à Ljubljana les 13 et 14 juin 2019. A l’Ambassade de la République de Serbie une réception a été organisée pour les étudiants de l’Académie diplomatique lors de laquelle l’ambassadeur Zorana Vlatković s’est adressée à eux, en leur présentant les relations bilatérales des deux pays.

Au Ministère des Affaires étrangères de la République de Slovénie les étudiants de l’Académie avait l’occasion de suivre la conférence du Directeur politique Matei Marna et le coordinateur national pour les Balkans occidentaux Petar Grk.

Durant leur visite d’étude à Ljubljana les étudiants ont visité également la mission de l’Union européenne, où la conférence a été dispensée par le chef de mission Zoran Stančič.

Le jeudi 16 mai 2019

ETUDIANTS DE LA FACULTE DE DROIT DE L’UNIVERSITE DE BELGRADE VISITANT LE MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

Les étudiants de la Faculté de Droit de l’Université de Belgrade, membres de l’organisation estudiantine ELSA (Association européenne des étudiants en droit de Belgrade), dans l’organisation de l’Académie diplomatique, ont visité aujourd’hui le Ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie. C’est le secrétaire général du MAE Veljko Odalović qui s’est adressé à eux à l’occasion.

Le secrétaire général a présenté aux étudiants l’organigramme du Ministère et les compétences de chaque secteur, y inclus le réseau diplomatique consulaire des missions de la République de Serbie de par le monde entier. Il a parlé aussi des priorités de la politique étrangère de Serbie et des défis auxquels fait face notre pays en les réalisant, tout comme des spécificités de la vocation diplomatique. Sur l’intérêt montré par les étudiants, V. Odalović a expliqué l’intérêt de la vocation juridique pour le travail du Ministère.

Après la conférence les étudiants en droit ont visité l’exposition permanente du Musée de la Diplomatie serbe.

Le lundi 13 mai 2019

CHEF DE LA DIPLOMATIE SERBE A DISPENSE UNE CONFERENCE AUX ETUDIANTS DE L’ACADEMIE DIPLOMATIQUE DE VIENNE

Dans le cadre de la coopération des académies diplomatiques, les étudiants de l’Académie diplomatique de Vienne, accompagnés de Directeur Emil Brix, ont visité le Ministère des Affaires étrangères, où le Premier Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la République de Serbie Ivica Dačić s’est adressé à eux. Ont assisté également à la conférence S.E. Monsieur Nikolaus Lutterotti, ambassadeur d’Autriche en République de Serbie et ses associés.

Suit la version intégrale de la conférence dispensée par le chef de la diplomatie serbe:

«Excellences,

Chers étudiants,

Honorables invités,

 

Tout d’abord je vous souhaite une chaleureuse bienvenue à Belgrade et en Serbie, je me réjouis tout particulièrement de voir les visites des étudiants de l’Académie diplomatique de Vienne au Ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie devenir une tradition. C’est tout à fait compréhensible tenant compte du rapprochement géographique de la Serbie et de l’Autriche, du rattachement historique, tout comme une coopération bilatérale excellente entre les deux pays, une coopération stable, diversifiée et protéiforme.

Je profite de cette occasion pour relever un fait historique d’intérêt. Or, c’est en lointain 1836 que les relations diplomatiques ont été établies entre nos pays. Antun Mihanović, consul à l’époque de l’Empire autrichien à Belgrade, remet alors les lettres de créance au prince Miloš Obrenović. Les relations d’amitié entre la Serbie et l’Autriche ont une tradition datant de plusieurs décennies déjà. Même si changeant de caractère par le passé, les relations entre nos pays peuvent être décrites aujourd’hui comme amicales, solides et fructueuses. Notre dialogue est dynamique et intense, ce que je vais corroborer par le fait que seulement en octobre et novembre dernier tous les dirigeants de l’Autriche ont visité la Serbie: le président Alexander Van der Bellen, le chancelier Sebastian Kurz et le président du Conseil national Wolfgang Sobotka. En été prochain nous attendons la visite de la ministre des Affaires étrangères Karin Kneissl. En tant qu’un des plus grands investisseurs en économie serbe, l’Autriche est un partenaire économique extrêmement important de notre pays. Rien que l’année dernière l’échange commercial entre la Serbie et l’Autriche s’élevait à plus d’un milliard d’euros.

Chers étudiants,

La République de Serbie comme tous les pays au monde a ses priorités dans la politique étrangère clairement déterminées et en mon bref exposé j’essayerai de vous rapprocher le rôle de notre pays sur la scène politique internationale, puisque je suis sûr que c’est ce que vous préférez entendre.

La préservation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du pays, avec le Kosovo et Metohija comme partie intégrante, c’est notre priorité la plus importante de la politique étrangère, avec l’adhésion à part entière à l’UE. En haut de la liste des priorités figurent aussi la sauvegarde de la paix et de la stabilité régionale, les relations de bon voisinage, le développement de la coopération bilatérale tant avec les leaders de la scène politique globale qu’avec tous les autres pays du monde et la neutralité militaire.

En défendant sa souveraineté et son intégrité territoriale la Serbie défend à la fois le droit international, la Charte de l’ONU et l’autorité suprême du Conseil de sécurité, contribuant ainsi à la préservation de la paix internationale.

Je tiens à souligner que la déclaration unilatérale d’indépendance du «Kosovo» de février 2008 n’est pas seulement contraire à la légalité internationale et l’Acte final d’Helsinki, plus précisément ses articles 3 et 4, mais aussi à la Résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée en 1999 en conformité avec la Charte des Nations unies, représentant donc l’exemple d’une flagrante violation des normes sur lesquelles repose tout l’ordre juridique international.

Dès le début du dialogue avec Priština la Serbie agissait toujours en partenaire constructif remplissant ses obligations et mettant en œuvre les accords atteints, à la différence de l’autre partie qui par ses actions irresponsables fait obstacle à ce qui a été convenu et n’aide pas à aboutir à une solution. Même six ans après la signature de l’Accord de Bruxelles, l’Association des municipalités serbes n’a pas été formée, dont la mission serait précisément la défense d’intérêts de la communauté serbe dans la province. Dans ces circonstances la présence de la MINUK dans la province serbe du sud, sans réduire sa teneur et sans modifier son mandat, est extrêmement importante, car garantissant la sécurité de la population serbe et autre non-albanaise. Un rôle important dans la protection de la population serbe, du patrimoine culturel et confessionnel au Kosovo et Metohija est joué aussi par la présence de la KFOR, ce qui est également en conformité avec la Résolution 1244 du CdeS de l’ONU.

Je tiens à souligner que les engagements diplomatiques actifs du gouvernement de la République de Serbie, de ses institutions et du Ministère des Affaires étrangères sur le plan international ont fait que depuis un an et demi 13 Etats décident de révoquer leur décision de reconnaissance de l’indépendance unilatéralement proclamée du «Kosovo» et je m’attends à ce que cette tendance se poursuive.  

L’adhésion à part entière à l’Union européenne et un objectif de la politique étrangère et de la stratégie serbe. La perspective de l’adhésion à part entière donne un fort essor aux réformes protéiformes que nous menons, ainsi qu’à la politique de la réconciliation et de la coopération régionale. Dans ce contexte, notre pays s’emploie pour le développement des relations de bon voisinage et le dialogue comme outil principal à résoudre les questions ouvertes entre les voisins.

C’est pourquoi la Serbie participe activement au travail des initiatives régionales, se rendant compte que la perspective européenne de l’entière région des Balkans occidentaux contribue à la réconciliation, la préservation de la stabilité et la création de conditions favorables à la coopération dans nombre de domaine dans cette région.

Toutefois, la spécificité de la voie de l’intégration européenne de la Serbie relève du chapitre 35 de négociations relatif à l’avancée dans le dialogue entre Belgrade et Priština, déterminant considérablement le cours du processus dans son entier, puisque conditionnant les dispositions à prendre dans d’autres domaines.

Malheureusement, les agissements de Priština vont à l’opposée, soit dans le sens de bloquer le dialogue qui est actuellement suspendu. Permettez-moi de préciser que la suspension du dialogue est exclusivement due aux décisions extrêmement irresponsables de Priština, se reflétant notamment à l’imposition des taxes de cent pourcents sur produits venant de la Serbie centrale, ce qui a rendu la vie encore plus difficile qu’elle ne l’est déjà à la population serbe au Kosovo et Metohija. Même si la Serbie est sincèrement dévouée au dialogue avec Priština comme l’unique moyen d’aboutir à une solution négociée, sa poursuite ne sera possible que si les taxes sont supprimées. Malgré les difficultés nous continuerons la voie de réformes de la Serbie, indépendamment de la dynamique du processus de négociations, car nous considérons que c’est dans l’intérêt de tous nos citoyens et que ceci contribue au progrès général du pays et à la stabilité de la région.

Je tiens à souligner ici que nous tenons en haute estime le soutien constant de l’Autriche sur notre voie européenne. Lorsque je le dis, je me réfère avant tout au soutien politique dans le cadre de l’Union européenne, mais aussi à l’aide concrète se traduisant par la réalisation de nombre de projets twinning, en tant qu’éléments du soutien des institutions des pays membres aux institutions des pays candidats, ce en quoi l’Autriche a une grande expérience et capacités. Les témoignages d’une bonne coopération ce sont aussi les accords régissant la coopération économique, les accords très importants relatifs à la réadmission et la coopération contre le trafic de drogue international et le terrorisme international.

Chers invités,

L’une des priorités-clés de la Serbie est la préservation de la paix et de la sécurité de la région. Nous sommes témoins que le monde d’aujourd’hui fait face sans cesse aux défis graves, tels le terrorisme, de plus en plus présent cyber terrorisme, menaces pour la sécurité énergétique.

La Serbie partage l’inquiétude autour de ces questions avec les autres pays des Balkans, théâtre depuis toujours des réflexions d’intérêts de grandes puissances et des courants géopolitiques, et vous n’êtes pas sans le savoir, voie de transit entre l’Europe occidentale et le Moyen-Orient, ce qui fait que le compromis et la flexibilité, ils en ont besoin plus que jamais.

Aussi, la Serbie est-elle ouverte à la coopération avec les partenaires de la région, l’Europe et par son engagement à l’ONU, l’OSCE, le Conseil de l’Europe et d’autres organisations et initiatives internationales et régionales elle apporte son appui à la consolidation de la paix, de la stabilité et du progrès économique dans cette région. En bon voisin à tous ceux qui sont prêts à partager avec nous le fardeau de la responsabilité de la mise en œuvre de l’exploit historique conjoint de la construction d’une région développée et prospère la Serbie sera toujours un partenaire sincère et fera toujours son possible pour préserver et encourager les processus positifs dans cette partie de l’Europe.

Lorsque nous parlons de la Serbie et de l’Autriche dans le contexte de la coopération régionale, ce n’est pas possible de ne pas parler du Danube, comme un maillon nous reliant. Le Danube et son bassin représentent l’une des régions les plus prometteuses, comptant environ 110 millions d’habitants. De même, il ne faut oublier que la Serbie de concert avec l’Autriche a participé à l’établissement de la stratégie de l’UE pour le bassin du Danube, comprenant la coopération dans le domaine du renforcement de la connectivité et la construction de l’infrastructure, la protection de l’environnement, la promotion du tourisme et de la création culturelle. A part la coopération culturelle et économique, je mettrai en relief aussi une excellente coopération policière de nos pays, comme encore un appui à la préservation de la stabilité dans la région.

La République de Serbie, à part une coopération équilibrée et diversifiée avec les grandes puissances telles les Etats-Unis, la Fédération de Russie et la République populaire de Chine essaie de garder une bonne coopération avec les pays de l’Afrique, l’Asie et de l’Amérique latine et les Caraïbes. Même si nous menons une politique de neutralité militaire, en d’autres termes nous ne voulons adhérer à aucune alliance militaire, ça ne nous empêche pas de réaliser une coopération de partenariat avec l’OTAN et avec la Fédération de Russie. Un excellent exemple d’une telle coopération c’est justement l’Autriche et d’autres pays militairement neutres. Grâce à sa participation au Partenariat de la paix, la Serbie participe aujourd’hui en cinq missions de paix et opérations des Nations Unies et en quatre missions de l’UE.

La République de Serbie dans la réalisation des objectifs de sa politique étrangère est menée par les intérêts nationaux légitimes, ayant recours à l’activité diplomatique et le dialogue, avec les tentatives de promouvoir encore les relations traditionnellement bonnes avec les pays amis, et d’améliorer les relations avec les partenaires de la communauté internationale avec qui nous partageons les positions conjointes sur certaines questions, tout en respectant la divergence d’opinions et en étant menés par les principes fondamentaux du droit international.

Honorables invités,

A la fin de cet exposé, je ne peux pas ne pas citer la nombreuse communauté serbe en Autriche. Les Serbes sont présents dans le territoire autrichien depuis 1526 et ils ont apporté un appui inestimable à la défense des valeurs européennes. Selon les données autrichiennes officielles, en Autriche vivent plus de 120.000 Serbes, officieusement même environ 300.000.

Les citoyens de l’Autriche d’origine serbe représentent aujourd’hui une communauté bien intégrée, agissant à travers l’Alliance des Serbes, nombre de clubs et associations et aidant activement à l’avancée de la scène autrichienne sociale, économique et culturelle et constituant un grand potentiel pour la promotion continue des relations bilatérales des deux pays.

Permettez-moi de finir en vous souhaitant encore une fois un bon séjour en Serbie et beaucoup de réussites dans votre futur travail» a dit aux étudiants dans son discours le chef de la diplomatie serbe.

 

Le vendredi 10 mai 2019

LES ETUDIANTS DE L’UNIVERSITE CLEMSON EN VISITE AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE SERBIE

Pendant leur séjour d’études en Serbie, un groupe d’étudiants de l’Université Clemson de la Caroline du Sud (Etats-Unis) a visité le Ministère des Affaires étrangères avec lequel cette université noue une coopération de plusieurs années déjà.

A cette occasion les conférences ont été dispensées aux étudiants par l’adjoint au vice-ministre des Affaires étrangères, ambassadeur Dejan Ralević, chef par intérim de la section Amériques du Nord et du Sud, ministre conseiller Vladimir Jovičić, ministre conseiller dans la section Pays voisins Goran Gvozdenović et directeur-adjoint du Bureau du Kosovo et Metohija Dušan Kozarev,

L’adjoint au vice-ministre des Affaires étrangères pour l’UE, ambassadeur Dejan Ralević a parlé de l’adhésion à l’Union européenne comme d’une des priorités stratégiques de la politique étrangère de la République de Serbie, en présentant le cours même du processus de négociations et ses effets positifs sur le processus de réformes dans différents domaines, dont l’objectif final n’est pas seulement l’adhésion à l’UE, mais le progrès général du pays aspirant aux valeurs conjointes européennes.

Les relations bilatérales de la Serbie avec les pays de l’Amérique du Nord et du Sud ont été présentées par le chef par intérim de la section Amériques du Nord et du Sud, ministre conseiller Vladimir Jovičić, avec l’accent mis sur les relations avec les Etats-Unis, prenant en compte tant l’aspect historique de la relation, qu’actuelle coopération entre les deux Etats.

Goran Gvozdenović, ministre conseiller dans la section Pays voisins a indiqué les efforts apportés par la Serbie visant renforcer la coopération avec tous les pays de la région, sa participation aux initiatives régionales, ainsi que les formats différents de la coopération trilatérale et quadrilatérale, aidant ainsi la stabilité régionale globale.

Le directeur-adjoint du Bureau du Kosovo et Metohija Dušan Kozarev a présenté aux étudiants les faits historiques sur le Kosovo et Metohija, ainsi que la donne actuelle dans la province serbe du sud, éclairant les circonstances particulières et les clivages amenant la suspension du dialogue entre Belgrade et Priština.

Après les conférences les étudiants américains ont visité le Musée de la Diplomatie serbe.

Le lundi 8 avril 2019

PREMIER VICE-PREMIER MINISTRE ET MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA REPUBLIQUE DE SERBIE IVICA DAČIĆ A TENU UNE CONFERENCE AUX ETUDIANTS DE SCIENCES PO DE PARIS

Les membres de l’organisation estudiantine française BBE-Bourgogne Balkan Express des Sciences Po de Paris ont visité le Ministère des Affaires étrangères où le Premier Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la République de Serbie s’est adressé à eux.

Suit la version intégrale de la conférence dispensée par le chef de la diplomatie serbe:

«Honorables étudiants,

Bienvenues au Ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie. Je suis très heureux de voir que vous avez décidé de visiter la Serbie dans le cadre de votre voyage d’étude. Vu que parmi vous nombreux sont ressortissants des pays de la région, certains sont ressortissants serbes, je suppose que vous possédez certaines connaissances sur la Serbie, acquises par la formation, les média, les liens de parenté ou en vous préparant pour cette visite.

Tenant compte du fait que vous êtes ici en qualité de représentants d’une institution aussi renommée que Sciences Po et qu’au centre de votre focus c’est l’Europe centrale, méridionale et du sud-est, j’aimerais vous présenter ici de plus près les priorités de la politique étrangère de la Serbie et vous faire aider à mieux comprendre son rôle joué dans les cadres internationaux.

Outre la préservation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du pays, l’objectif stratégique de la Serbie est aussi l’adhésion à l’Union européenne.

La plus importante priorité de la politique étrangère de la République de Serbie c’est la sauvegarde de l’intégrité territoriale et de la souveraineté avec le Kosovo et Metohija comme sa partie intégrante. En défendant sa souveraineté et son intégrité territoriale la Serbie en même temps défend la légalité internationale, la Charte de l’ONU et l’autorité suprême du Conseil de sécurité visant préserver la paix internationale.

Je tiens à rappeler ici que la déclaration unilatérale d’indépendance du «Kosovo» de février 2008 n’est pas seulement contraire à la légalité internationale et à l’Acte final d’Helsinki, plus précisément ses articles 3 et 4, mais aussi à la Résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée en 1999 en conformité avec la Charte des Nations unies. Il s’agit des arguments irréfutables qu’il faut rappeler sans cesse,  comme l’exemple d’une flagrante violation du droit international.

L’aboutissement à une solution politique pour le Kosovo et Metohija est directement lié à la stabilité de la région dans son entier. De ce fait, dans le dialogue avec Priština la Serbie agissait toujours en partenaire sérieux, responsable et constructif, remplissant ses obligations notamment lorsqu’il s’agit d’appliquer ce qui a été convenu. Malheureusement, on ne peut pas le dire pour l’autre partie, qui par ses agissements fait obstruction au convenu et n’aide pas à aboutir à une solution. Ceci se reflète notamment dans le fait que six ans déjà depuis la signature de l’Accord de Bruxelles l’Association des municipalités serbes n’a pas encore été formée. La signature de l’Accord de Bruxelles a été motivée par la tentative de trouver les modalités de protection des intérêts de la communauté serbe en province, par défaut de mécanismes institutionnels pertinents. Cette mission-là serait justement confiée à l’Association des municipalités serbes.

Dans ce contexte, nous soulignons sans cesse l’intérêt de la présence de la MINUK sans en réduire le nombre et sans en modifier le mandat, en tant que garant de la sécurité et de la neutralité quant au statut de la présence internationale dans la province serbe du sud. Un rôle important dans la protection de la population serbe, du patrimoine culturel et confessionnel au Kosovo et Metohija est joué aussi par la présence de la KFOR, en conformité avec la Résolution 1244 du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Je tiens à souligner que l’activité de la politique étrangère du gouvernement de la République de Serbie, derrière qui il y a un grand effort et dévouement de ses institutions, y compris le ministère que je mène, ainsi que l’action diplomatique résultent entre autres du fait que depuis un an et demi 13 pays ont décidé de révoquer la décision sur la reconnaissance de l’indépendance unilatéralement proclamée du «Kosovo». Je m’attends à ce que cette tendance se poursuive.

Se rendant compte du fait que la perspective européenne de toute la région des Balkans occidentaux constitue la voie de la réconciliation et de la coopération dans ces espaces, la Serbie s’emploi constamment pour le développement des relations de bon voisinage et le dialogue comme l’outil principal pour résoudre les questions ouvertes, participant activement au travail des initiatives régionales. Notre pays met en œuvre les tâches de réformes visant assurer une société stable, l’économie du marché pleine et entière et la justice sociale. Même si la Serbie a ouvert jusqu’ici 16 (seize) et fermé 2 (deux) chapitres de négociations, nous pensons que le dynamisme d’ouverture des chapitres ne suit pas assez la cadence des réformes.

Permettez-moi de relever une  spécificité de notre voie de l’intégration européenne relative au chapitre 35 de négociations déterminant considérablement le cours du processus dans son entier. L’avancée dans le dialogue entre Belgrade et Priština est posée comme condition pour les dispositions à prendre dans d’autres domaines, tandis que les agissements de Priština vont dans le sens à bloquer le dialogue, suspendu actuellement. Je rappelle que la suspension du dialogue est due aux décisions déstabilisatrices de Priština, notamment à l’imposition des taxes de cent pourcents sur produits venant de la Serbie centrale, ce qui a rendu la vie encore plus difficile qu’elle ne l’est déjà à la population serbe au Kosovo et Metohija. Même si la Serbie est sincèrement dévouée au dialogue avec Priština comme l’unique moyen d’aboutir à une solution négociée, sa poursuite ne sera possible que si les taxes sont supprimées dans l’immédiat.

Malgré les difficultés nous continuerons la voie des réformes de la Serbie, indépendamment du dynamisme du processus de négociations, car nous considérons que c’est dans l’intérêt de tous nos citoyens et que ceci contribue au progrès général du pays et à la stabilité de la région. Conscients des défis auxquels fait face l’UE elle-même, telles les réformes à venir, problèmes de préserver l’unité etc., nous nous attendons à ce que la politique d’élargissement, en tant qu’une des politiques les plus fructueuses sur le continent, reste dans son focus.

Chers invités,

Dans le monde d’aujourd’hui faisant face aux défis graves, les Balkans ont toujours été le théâtre d’intérêts de grandes puissances et des fluctuations géopolitiques. Par le biais de la coopération avec ses partenaires de la région, de l’Europe et de par le monde, par son engagement à l’ONU, l’OSCE, le Conseil de l’Europe et autres organisations et initiatives internationales et régionales la Serbie aide constamment à la consolidation de la paix, la stabilité et le progrès économique de toute la région. Nous sommes très conscients du fait que les Balkans occidentaux nécessitent le compromis et la flexibilité dans la lutte contre les nombreux défis, tant au niveau régional que global.

Dans ce sens notre pays a fourni des efforts palpables dans le domaine de la promotion de la coopération régionale et la baisse de tensions dans les Balkans et s’est montré prêt à surmonter l’héritage négatif du passé et pour l’avenir conjoint, fondé sur les principes du respect mutuel. En bon voisin, à tous ceux qui sont prêts à partager avec nous le fardeau de responsabilité de la mise en œuvre d’un exploit historique de la construction d’une région développée, stable et prospère, la Serbie sera un partenaire sincère.

En tant que pays cultivant la riche tradition des relations d’amitié que la RSFY a nouées avec nombre de pays dans quatre coins du monde, la Serbie outre sa coopération équilibrée et diversifiée avec les grandes puissances tels les Etats-Unis, la Fédération de Russie et la Chine, essaie de préserver une coopération vive avec les pays de l’Afrique, de l’Asie, tout comme de l’Amérique latine et les Caraïbes.

Pour finir, je voudrais vous dire qu’il est très important d’avoir dans la vie les objectifs humains et nobles pour vous guider. C’est l’unique voie juste pour que vous les jeunes éduqués sur lesquels le monde demeure dans le cadre de vos futures vocations vous aidiez à la préservation des valeurs universelles, et de ce fait à la construction d’un monde plus beau, plus juste et plus sûr.

J’espère sincèrement que vous emporterez de jolis souvenirs de la Serbie, qui vous feraient revenir. » 

Le vendredi 5 avril 2019

PETITE-FILLE DE MAHATMA GANDHI A PRESENTE SON LIVRE

Tara Gandi Bhattacharjee, petite-fille du Mahatma Gandhi, visitant Belgrade invitée par le Premier Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la République de Serbie Ivica Dačić, a présenté aujourd’hui au Ministère des Affaires étrangères son livre «Souvenirs d’une époque exceptionnelle».

Après le mot d’introduction de la dirigeante de l’Académie diplomatique Mirjana Milosavljević, ayant présenté l’hôte à l’assistance, la petite-fille de Mahatma Gandhi a parlé de son enfance et du temps passé avec son grand-père, nombreux leaders et combattants pour la liberté qui ont jeté les fondements de l’Inde indépendante.

Outre l’auteure l’éditeur d’Albatros plus Mladen Vesković a parlé de l’œuvre, indiquant que même s’il ne s’agit pas d’un écrit épais, le livre constitue un recueil précieux de souvenirs montrant une image claire de l’émergence d’une Inde moderne. Ecrit en langage simple, du point de vue d’un enfant, il offre le précis de la philosophie de la non-violence de Gandhi qui peut être appliquée dans le monde actuel, a souligné Vesković.

A la fin de la présentation, Tara Gandhi Bhattacharjee a dédicacé ses livres.

Le livre de Tara Gandhi Bhattacharjee a été traduit en serbe à l’occasion de la célébration du 70e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Serbie et l’Inde et 150 ans depuis la naissance de Mahatma Gandhi.

Ont assisté à l’évènement: Premier secrétaire et Chef de mission de l’Ambassade de l’Inde à Belgrade V. Kumar, les étudiants de l’Académie diplomatique, les employés du Ministère des Affaires étrangères et les représentants des média. 

Le 1er avril 2019

ETUDIANTS DE L’UNIVERSITE AMERICAINE CENTRE DE BRUXELLES VISITANT LE MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

Les étudiants de l’Université américaine Centre de Bruxelles, menés par le professeur Jerome Sheridan, ont visité aujourd’hui le Ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie.

Dans le hall du musée, après le mot d’introduction de la dirigeante de l’Académie diplomatique Mirjana Milosavljević les conférences ont été dépensées aux étudiants américains par l’adjoint au Vice-ministre des Affaires étrangères pour l’Union européenne, ambassadeur Dejan Ralević et Vice-ministre des Affaires étrangères par intérim pour la politique de sécurité, ambassadeur Branimir Filipović.

L’adjoint au vice-ministre des affaires étrangères pour l’Union européenne, ambassadeur Dejan Ralević a parlé de l’adhésion à l’Union européenne comme d’une des priorités stratégiques de la politique étrangère de la République de Serbie. Il a parlé des activités précédant le début du processus de négociations, son cours et de diverses étapes, y inclus les défis et les particularités auxquels la Serbie fait face sur sa voie européenne. L’ambassadeur Ralević a relevé le fait que la Serbie a ouvert jusqu’ici seize chapitres de négociations, en soulignant les avantages du processus de négociations se reflétant dans toute une série de réformes dans différents domaines, visant contribuer au progrès général du pays et à la stabilité dans la région.

L’Ambassadeur Filipović a parlé des priorités de la politique étrangère serbe du point de vue de la politique de sécurité, tant au niveau bilatéral qu’au niveau multilatéral.

Il a précisé que la République de Serbie, en tant que pays candidat à l’adhésion à l’UE, contribue largement à la réalisation du concept de la Politique de sécurité et de défense commune de l’UE, participant aux missions et opérations de l’UE et de l’ONU. Il a souligné la vocation de la Serbie pour la politique de neutralité militaire, en disant que c’est sur cet axe qu’est développée la coopération partenaire avec l’OTAN, par le biais d’un dialogue politique intense et les programmes concrets du Partenariat pour la paix. Il a ajouté que nombreux sont les pays neutres ou indépendants militairement à avoir une coopération développée de partenariat avec l’Alliance, sans envisager l’adhésion, telle la Suède, l’Autriche, l’Irlande, la Finlande et la Suisse. Il a exposé le contenu de la coopération partenaire dans les domaines militaires et civils. Il a mis en relief l’intérêt de la présence et de l’exercice du mandat de la mission de la KFOR  dans la province serbe du sud, conformément à la Résolution 1244 du Conseil de sécurité de l’ONU, dans la protection de la population serbe et de leur patrimoine culturel et historique et la préservation de la paix et de la sécurité dans la province.

Une conférence pour les étudiants américains sur le thème du Kosovo et Metohija et  a été organisée également au Bureau du Kosovo et Metohija.